02.08.2010 : situation des Roms en Suède

L’ensemble des quotidiens rend compte de la présentation à la Ministre de l’Intégration, Nyamko Sabuni, d’un rapport sur la situation des Roms en Suède. « Il est inacceptable, pour des raisons tant humaines qu’économiques, que 50 000 individus soient ainsi placés dans une situation de sous-développement », estime, dans Dagens Nyheter, la Présidente de la délégation pour les droits des Roms, Maria Leissner, qui ajoute « que 80 % des membres de cette communauté sont actuellement au chômage ».

« Le rapport préconise par conséquent la mise en place d’une Commission pour la Vérité, chargée d’étudier les abus dont les Roms sont actuellement victimes, de les informer de leurs droits, et de mettre en place des structures de concertation » « Autant de propositions particulièrement bienvenues », a déclaré la Ministre.

« Un rapport qui prouve que les Roms sont, en Suède comme ailleurs, victimes d’exclusion et des préjugés liés au racisme ordinaire, estiment Sydsvenskan et le Helsingbors Dagblad. « La police a ainsi expulsé une cinquantaine de Roms cette année, sous prétexte qu’ils se livraient à la mendicité, une activité non criminelle en Suède. Mais les
forces de l’ordre ont appliqué un texte punissant « tout individu qui ne subvient pas à ses besoins de manière honorable », explique Expressen. « Etait-il bien utile de jouer sur les ressorts de la morale et de l’indignation ? », s’interroge Dagens Industri, avant de poursuivre. « Une telle approche risque de focaliser le débat sur le passé, et non sur les mesures à prendre pour améliorer l’avenir ». « Plutôt qu’une Stratégie spécifiquement destinée aux Roms, mieux vaudrait des droits s’appliquant à tous sans distinction. C’est sur ce point que les efforts devraient plutôt porter », estime pour sa part le Nörrköpings Tindigar.

« Heureusement, notre classe politique ne stigmatise pas les Roms en tant que groupe ethnique », ajoute Sydsvenskan. « Mais certains dirigeants européens n’hésitent pas aujourd’hui à traiter les Roms comme des criminels et des asociaux potentiels, et souhaitent les expulser, en rupture avec toutes les règles européennes en la matière. Un discours particulièrement dérangeant et qui suscite un certain malaise », estime l’éditorialiste de Dagens Nyheter. « Dernier en date des leaders européens à suivre cette tendance : Nicolas Sarkozy », ajoute Expressen.

« La situation des Roms est un problème qu’il convient de résoudre ensemble », explique le commentateur du Kvällsposten. « Au lieu de quoi certains essaient de se débarrasser du problème en le déplaçant chez leurs voisins ». « C’est vraiment ça, l’Europe ? », conclut le Göteborgsposten.

Modifié le 24/08/2010

Haut de page