Actions violentes contre l’extrême droite

Alors que la campagne électorale s’était jusqu’à présent déroulée dans le calme, les attaques contre les Sverige Demokraterna (extrême droite) se sont multipliées cette semaine, à l’approche des élections. Selon Svenska Dagbladet, des commandos de police doivent désormais surveiller les meetings électoraux de ce parti controversé. Lundi par exemple, les policiers ont du employer des sprays au poivre pour disséminer des contre-manifestants à Göteborg, en marge d’un meeting organisé par le parti, contraint par ailleurs d’annuler, pour raison de sécurité, plusieurs manifestations prévues à Norrköping, Karlstad, et Uddevalla. Un membre des SD a en outre été attaqué chez lui : ses assaillants lui ont gravé une croix gammée au couteau sur le front. Lars Ohly (Parti de Gauche, ex communiste) est le politicien qui a condamné le plus fermement cet attentat : « Il ne faut laisser aucune place à la violence dans la vie politique suédoise  », a-t-il déclaré. Selon Jimmie Åkesson, leader des Sverige Demokraterna, la faute incombe aux partis établis qui ont exhorté les électeurs à ne pas voter pour l’extrême droite. Jimmie Åkesson estime que les médias ont « sali » son parti, d’où la multiplication des actions violentes.

Voir tous les articles sur l’extrême droite en Suède

Modifié le 22/09/2010

Haut de page