Afghanistan

La coalition rouge-vert a annoncé son intention de retirer ses troupes d’Afghanistan dans l’hypothèse où elle gagnerait les élections législatives. Cette mesure électorale est le fruit d’une négociation entre les sociaux-démocrates et le parti de gauche : c’est ce dernier qui a pris le dessus. Au total, les premières troupes suédoises commenceront à partir en 2011 et la fin de la procédure de rapatriement des troupes interviendra au premier semestre 2011.

L’Alliance estime cette position peu responsable. D’une part, elle mettrait en danger les troupes suédoises sur le terrain. D’autre part, elle placerait la Suède hors d’état de peser dans le concert des nations pour la reconstruction de l’Afghanistan. C’est une nouvelle qui, pour eux, ravivera les talibans qui n’auront plus qu’à se faire oublier pendant 2 ans et récolter les fruits du départ des troupes.

En revanche, ils sont d’accord sur le but d’ « afghanisation » du conflit. A terme, la sécurité du pays devra concerner intégralement les forces afghanes. Les troupes occidentales participeraient à leur formation et à la supervision des opérations ainsi qu’à l’apport d’une certaine aide logistique.
Carl Bildt a d’ailleurs déclaré qu’il était ouvert à la renégociation avec les sociaux-démocrates qu’il estime pris d’un vent de panique électoral et contraint à céder au parti de gauche.

Modifié le 30/08/2010

Haut de page