Débat entre les sept leaders de partis : « Le chaos total ! », titre Expressen

La presse se fait l’écho du débat télévisé d’hier entre les sept leaders de partis : « Le chaos total ! », titre Expressen. « Tout est parti en vrille à partir du moment où Fredrick Reinfeldt a accusé les rouges-verts de ne pas disposer des moyens financiers nécessaires pour financer leurs promesses. Et le Premier ministre de sortir de sa poche une fiche récapitulant la liste des engagements de la gauche, impossibles, selon lui, à tenir », résume Aftonbladet. « Un mensonge est un mensonge, même s’il est mis par écrit », a répliqué Mona Sahlin. « Tous se sont alors mis à parler en même temps et les téléspectateurs n’ont plus rien compris », estime le commentateur. « Prise de bec également entre Maud Olofsson et Peter Eriksson, le porte-parole des Verts, sur les questions environnementales : « J’en ai assez de tous ces mensonges », a déclaré ce dernier. « M. Björklund est probablement le premier Ministre de l’éducation de l’histoire de la Suède qui refuse d’accroître le niveau de connaissances des élèves », a pour sa part estimé Lars Ohly, dont les propos sont repris par Dagens Nyheter.

« Un véritable fiasco, ce débat, si l’on en croit les téléspectateurs, qui n’épargnent pas non plus deux interviewers », commente Expressen. « Le côté passionné des débats prouve le degré d’engagement de chacun des participants », ont estimé ces derniers. « Les journalistes – quels prétentieux !– ont eu beau essayer de ramener le débat vers des questions moins superficielles, plus idéologiques, les participants ont systématiquement ramené la discussion vers la fiscalité et la situation financière. Interrogé sur sa vision de l’Homme, F. Reinfeldt a répondu en sortant une fiche démontrant qu’il manquait 20 milliards aux sociaux-démocrates pour financer leurs promesses électorales. Au passage, voila qui en dit long sur la manière dont le Premier Ministre perçoit la nature humaine. Mais après tout, il ne fait que répondre aux préoccupations des électeurs », poursuit l’analyste du tabloïde libéral.

Modifié le 17/09/2010

Haut de page