Des réformes pour simplifier le marché du travail en France [sv]

La France a entrepris ces dernières années plusieurs réformes avec pour objectif de rendre le marché du travail plus flexible, tout en renforçant le dialogue social entre les partenaires et en développant la protection des travailleurs. Pierre-André Imbert, ancien chef de cabinet de la ministre du travail, s’est exprimé sur les réformes devant des représentants des syndicats et des employeurs suédois, dans la cadre d’un séminaire le 29 mars à la Résidence de France.

JPEG

Pierre-André Imbert, qui a travaillé auprès de plusieurs ministres du travail au cours du quinquennat, a expliqué que le processus de réforme a été mené de façon approfondie (depuis 2007). Une série de rencontres entre les syndicats, les employeurs et les autres acteurs a permis de dresser un portrait concerté de la situation.

Les réformes traitent notamment la question des licenciements. Le nouveau cadre national permettra un processus plus court et plus prévisible. Moins de cas devraient être portés devant les prud’hommes.

Les modalités du dialogue entre employés et employeurs ont également simplifiées avec moins de rencontres dans le cours d’une année, tandis que les droits des travailleurs temporaires et intérimaires sont renforcés.

L’un des membres de l’assistance a posé une connexion sur le nouveau « droit à la déconnexion », c’est-à-dire le droit à ne pas recevoir ou traiter des appels et emails professionnels en dehors des heures de travail. Pierre-André Imbert a répondu que ce droit devait obligatoirement être pris en compte dans le cadre de négociations. Il est cependant toujours possible de trouver un accord lorsque l’on juge nécessaire, dans certains cas et pour certaines professions, de conserver le contact en dehors du travail.

Modifié le 26/04/2017

Haut de page