La presse commente l’actualité économique

Marchés monétaires

« Les turbulences sur les marchés monétaires mettent en lumière le rôle clé de la Chine », titre Dagens Industri. La chambre des représentants américaine vient en effet de donner au Président le droit de sanctionner les importations chinoises par des droits de douane accrus (mais le Sénat n’a pas encore adopté cette proposition). Le cœur de la dispute concerne l’attitude de la Chine qui intervient depuis plusieurs années à hauteur d’un milliard de dollars par jour environ pour que le cours du yuan corresponde à celui du dollar. A présent, le FMI met en garde les Etats contre une véritable guerre des monnaies au moment où les banques centrales multiplient les reproches les unes aux autres.

Dans ce contexte tendu, le Président Sarkozy a discrètement entamé une série d’entretiens avec la Chine, à l’approche de la visite à Paris du président Hu Jintao pour l’ouverture du G20, présidé cette année par la France. Selon Dagens Industri, on peut s’attendre à ce que la Chine accepte de relever le cours du yuan de 4 à 5% pour calmer les esprits. Sans quoi, le monde risque d’entrer dans une phase de protectionnisme.

++++ Emprunts des ménages

Dagens Nyheter commente les nouvelles règlementations européennes Bâlel III qui entreront en vigueur en 2013, et qui forceront les banques à avoir une meilleure couverture de leur capital. Selon le journal, cette réglementation pénalisera les ménages qui ont emprunté, en provoquant une hausse des taux d’intérêt. Dagens Nyheter publiait hier une tribune commune du gouverneur de la Riksbank (banque centrale de Suède), Stefan Ingves, et du directeur de l’Inspection des Finances, Martin Andersson. Selon eux, les banques devraient pouvoir prendre à leur charge une partie des coûts supplémentaires engendrés par ces mesures. Un sacrifice que les établissements bancaires ne semblent pas prêts à accepter, si l’on en croit un sondage téléphonique réalisé par le quotidien. «  Résultat : ce sont les emprunteurs qui risquent de devoir payer leurs crédits plus cher ».

++++ Renault vend ses actions chez Volvo

Dagens Industri et Dagens Nyheter commentent la vente par Renault de toutes les actions B que l’entreprise française détenait chez Volvo automobile, pour un montant d’environ 28 milliards de couronnes, dans le but de renflouer ses caisses et d’investir dans deux nouveaux modèles hybrides. Renault réduit ainsi sa part de voix de 3,8%, mais garde toutes ses actions A et reste donc l’actionnaire le plus puissant de Volvo (17,5% des droits de vote). Dagens Industri estime que même si le patron de Renault, Carlos Ghosn, a déclaré son intention de conserver ses actions A, celles-ci pourraient tout de même être vendues si de nouveaux investissements s’avéraient nécessaires.

Modifié le 07/10/2010

Haut de page