Le gouvernement lance le "plan vélo" [sv]

Aujourd’hui, les déplacements en vélo ne représente que 3% des trajets quotidiens en France . Le "plan vélo", présenté le 14 septembre par le Premier ministre M.Édouard Philippe, M. François de RUGY, ministre de la Transition écologique et solidaire et Mme Elisabeth BORNE, ministre de la Transition écologique et solidaire, chargée des Transports , a pour objectif de la tripler, pour atteindre 9% en 2024.
Le plan s’accompagne de la création d’un fonds national « mobilités actives », doté 350 millions d’€, qui comprend 4 grands axes.

Crédits : A. Bouissou / Terra - JPEG
Crédits : A. Bouissou / Terra

1. Sécurité : développer les aménagements cyclables et améliorer la sécurité routière

Le fonds national "mobilités actives" a pour objectif de soutenir, accélérer et amplifier les projets de création d’axes cyclables au sein des collectivités. Il ciblera notamment les discontinuités d’itinéraires.

Afin d’améliorer la sécurité, le plan vélo prévoit par exemple : d’améliorer la visibilité aux passages piétons, de réaliser des sas vélo aux feux, de développer des doubles sens cyclables sur l’ensemble de la voirie urbaine en agglomération, jusqu’à une vitesse maximale de 50 km/h. etc.

2. Sûreté : mieux lutter contre le vol

Rendre obligatoire le marquage des vélos : c’est l’une des mesures phares du plan vélo, pour lutter contre le vol, le recel et la revente illicite des vélos.

3. Créer un cadre incitatif reconnaissant pleinement l’usage du vélo comme un mode de transport vertueux

Le choix de prendre son vélo pour se rendre au travail, ou accéder à des services et des activités doit devenir une réalité réellement accessible aux citoyens. Plusieurs mesures d’incitations fiscales à destination des entreprises doivent y contribuer, les employeurs jouant un rôle clé dans l’usage du vélo.

Pour encourager la pratique du vélo auprès des citoyens, l’Etat prévoit :
• la création d’un forfait mobilité durable pour tous les salariés dont la mise en place sera généralisé d’ici 2020, à hauteur de 200 €/an,
• la généralisation du dispositif d’Indemnité kilométrique vélo (IKV), qui donne la possibilité aux entreprises du secteur privé de prendre en charge tout ou partie des frais engagés par le salarié pour ses déplacements à vélo ou à vélo à assistance électrique entre sa résidence habituelle et son lieu de travail.
• le soutien à la mise à disposition de flottes de vélos par les entreprises.

4. Développer la culture du vélo

Plusieurs principes seront mis en place pour faire en sorte que le « réflexe vélo » puisse être adopté naturellement dès le plus jeune âge comme :
• le développement de la pratique du vélo en toute sécurité,
• le déploiement de plans de mobilité scolaires,
• le développement de l’activité physique pour la santé,
• l’encadrement des nouveaux services de mobilité,

Modifié le 06/11/2018

Haut de page