Le sort des "petits partis"

Svenska Dagbladet consacre un article aux petits partis contestataires qui rêvent d’entrer au Parlement, mais restent dans l’ombre des grosses coalitions : les Sverige Demokraterna, Feminisk Initiativ et le Parti Pirate. Lars Nord, professeur de communication politique, remarque cependant que « rester à l’écart du combat politique où tous les autres partis s’affrontent peut être un avantage. Les électeurs peuvent penser que tous les partis de gouvernement sont trop centristes et trop semblables, et chercher une alternative sous forme de protestation ».

Modifié le 03/09/2010

Haut de page