Relations franco-suédoises [sv]

La Suède est un partenaire essentiel de la France au plan européen.Nos deux pays partagent d’importantes convergences, s’agissant notamment de la lutte contre les dérèglements climatiques, le développement de normes environnementales exigeantes, et l’appui à l’effort européen de recherche et d’innovation. Paris et Stockholm soutiennent en outre l’approfondissement de l’Europe sociale et ont développé des positions proches sur les principaux enjeux de la politique étrangère de l’UE.

Relations politiques et principales visites

Au plan bilatéral, les échanges politiques sont réguliers et à haut niveau :

Les derniers déplacements de ministres français en Suède :

La ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion et le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes se sont rendus à Stockholm le 23 août pour une visite conjointe consacrée à la préparation de la préparation de la présidence française du conseil de l’UE, notamment dans le domaine de l’Europe sociale.

La Ministre chargée de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, s’est rendue en Suède du 9 au 11 juin 2021. Cette visite, centrée sur les problématiques d’attractivité et de projets industriels conjoints, s’inscrit dans le cadre de la relance de notre partenariat bilatéral sur l’Innovation et les Solutions vertes en sortie de la crise du Covid-19

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, était en déplacement en Suède les 4 et 5 juin 2021. Cette visite s’inscrivait dans le cadre de la relance du partenariat franco-suédois sur l’innovation et les solutions vertes, en sortie de la crise du Covid-19.

Amélie de Montchalin, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères chargée des affaires européennes, a effectué un déplacement en Suède le 1 et 2 juillet 2020. Ce déplacement avait pour objectif de créer les conditions sur le plan de relance européenne et le prochain cadre financier pluriannuel. Amélie de Montchalin s’est entretenue avec la ministre des Affaires étrangères, Ann Linde, et avec le ministre des Affaires européennes, Hans Dahlgren. Au cours d’un déjeuner à la Résidence, elle a également échangé avec Ibrahim Baylan, ministre de l’Economie, la communauté d’affaires suédoise et les partenaires sociaux.

Christelle Dubos, Secrétaire d’Etat auprès du ministre des solidarités et de la santé, a effectué un voyage d’étude à Stockholm du 9 au 10 mars 2020. L’objectif de sa visite était l’étude de la politique familiale suédoise, en particulier les modes de garde et la conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle. Elle a rencontré son homologue, Tobias Lundin Gerdås, ainsi que l’Association des communes et des régions de Suède, la Caisse nationale d’assurance sociale, visiter une crèche et interroger les parents suédois sur leur expérience des congés parentaux et des modes de garde.

Les 14 et 15 février 2019, Roxana Maracineanu, ministre déléguée aux Sports, s’est rendue à Åre à l’occasion des championnats du monde de ski alpin. Elle a profité de ce déplacement pour rencontrer, en autres, le Comité olympique suédois et visiter l’Université d’Östersund qui héberge le Swedish Winter Sports Research Centre.

Dernières visites des membres du gouvernement suédois en France :

Ann Linde, ministre suédoise des Affaires étrangères, a été reçue le 10 mars 2020 par Jean-Yves Le Drian, son homologue français. Leur entretien a porté sur des questions d’actualité telles que les crises qui frappent la Syrie, l’Iran ou le Sahel, mais également sur l’épidémie de COVID-19, la question du Fonds européen de défense et l’Initiative européenne d’intervention. Ann Linde a également rencontré Amélie de Montchalin, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères chargée des affaires européennes, pour évoquer des problématiques européennes, notamment la relation future de l’Union européenne avec le Royaume-Uni et le processus d’adhésion des pays des Balkans occidentaux à l’Union.

Le premier ministre suédois, Stefan Löfven, s’était rendu à Paris les 6 et 7 juin 2019. Il a été reçu par le Président de la République Emmanuel Macron et par le Premier ministre de l’époque, Edouard Philippe. Ce déplacement a permis de renforcer le partenariat franco-suédois sur l’innovation et les solutions vertes. La déclaration endossée par les deux chefs d’État définit également des priorités communes au niveau européen et dans les domaines de la sécurité et de la défense.

Un partenariat stratégique pour l’innovation et les solutions vertes signé le 17 novembre 2017 par le PR Macron et le PM Löfven

Le point de départ de ce partenariat est le constat partagé des profonds changements que nos économies et nos sociétés sont appelées à connaître dans les années à venir. La double impulsion de la transformation numérique et de la lutte contre le changement climatique impose d’adapter sans tarder les outils de production et de mettre en place un modèle de croissance plus soutenable et plus inclusif. En décidant de structurer et d’articuler leur coopération bilatérale autour d’une feuille de route complète dans ces domaines, la France et la Suède inaugurent une « diplomatie de l’innovation », pour reprendre l’expression des media suédois.
4 thèmes prioritaires structurent ce partenariat :

  • Les solutions vertes pour les transports, les énergies propres et les villes intelligentes, avec les enjeux au sens large du « mieux vivre en ville », qui est la principale priorité de notre diplomatie économique dans les pays nordiques
  • La finance verte, domaine dans lequel la France et la Suède sont leaders et qui La "smart industry" et les start-up, à travers les enjeux de la numérisation des entreprises notamment les PME, de l’intelligence artificielle et de l’innovation disruptive
  • L’innovation dans le domaine de la santé et des sciences de la vie, sur les questions d’e-santé, de télémédecine, et les thématiques liées au secteur santé/environnement, notamment la lutte contre les perturbateurs endocriniens.

Ce partenariat a été modifié dans le cadre de la Déclaration sur la coopération entre la France et la Suède dans le domaine des affaires européennes et modernisant le partenariat sur l’innovation et les solutions vertes, adoptée le 7 juin 2019, lors de la visite de Stefan Löfven à Paris le 7 juin 2019.

Ce partenariat bilatéral se voit donc actualisé et mis en avant par cette déclaration, qui traite de thèmes aussi variés que décisifs pour l’avenir des Etats membres de l’Union européenne et des pays tiers, tels l’intelligence artificielle, l’innovation spatiale, les petites et moyennes entreprises, l’économie sociale et solidaire ou encore les processus de prise de décision collaboratifs.

Par ailleurs, la relation franco-suédoise se voit enrichie par une déclaration en matière d’affaires européennes, sujet qui est une première dans l’histoire de la Suède.

Cette déclaration est découpée en six points :

  1. Démocratie, droits de l’Homme et Etat de droit : la France et la Suède recommandent un renforcement des exigences de l’UE en matière d’Etat de droit, dont la probité devrait selon les deux pays conditionner l’attribution de financements. Cette probité passe par la protection des droits humains, la promotion de la démocratie et de l’égalité femmes-hommes.
  2. Transition climatique : l’objectif est d’atteindre une neutralité carbone d’ici à 2050 au plus tard. La Commission européenne est incitée à recenser les initiatives et mesures des pays tiers en la matière et à renforcer la législation et les cadres financiers pour atteindre cette neutralité.
  3. Europe concurrentielle : l’enjeu est d’assurer la croissance au moyen d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité. La France et la Suède proposent qu’une nouvelle stratégie pour l’UE soit adoptée en 2020 et estiment qu’il faut renforcer la lutte contre les pratiques abusives et le dumping au sein de l’UE.
  4. Migration et avenir de Schengen : l’espace Schengen devrait être réformé au vu de la situation actuelle ; un meilleur contrôle des frontières extérieures, qui permette le libre exercice du droit d’asile, doit être mis en place, ce qui implique une solidarité entre les Etats membres.
  5. Sécurité intérieure : la coopération au sein de l’UE, notamment dans le domaine de la cyber-sécurité, doit être renforcée ; une approche commune autour de la 5G doit être privilégiée, tandis que l’adoption d’une législation relative au retrait des contenus terroristes doit être envisagée.
  6. Politique étrangère et de sécurité : la France et la Suède appellent à la création d’un Fonds européen de défense, et souhaitent que l’UE européenne s’exprime d’une seule voix sur la scène internationale afin de renforcer l’unité et la crédibilité des Etats membres. Enfin les deux pays réaffirment leur coopération avec l’Afrique dans le cadre de la PCSD et aspirent à renforcer celle-ci.

Cette déclaration scelle les engagements de deux pays aux prétentions et valeurs très proches et qui s’influencent réciproquement en matière législative depuis longtemps. Par exemple, la loi pour renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et l’accompagnement des personnes prostituées adoptée le 6 avril 2016 en France par l’Assemblée nationale est en partie inspirée du modèle suédois. Le modèle suédois constitue une source d’inspiration importante des réformes entreprises en France, notamment dans les affaires sociales : retraites, égalité femmes-hommes, handicap, etc.

En outre, les contacts entre parlementaires français et suédois sont fréquents.
Le groupe d’amitié franco-suédois de l’Assemblée Nationale a effectué du 23 au 26 avril 2018 une visite en Suède. Les députés français ont notamment eu l’opportunité d’approfondir leurs relations avec leurs homologues du Parlement suédois.

Modifié le 30/08/2021

Haut de page