Séminaire : Les faits contre les peurs - Comment faire face au populisme ? [sv]

Les ambassades de France et d’Allemagne en Suède ont organisé, le 5 juin 2018 à Stockholm, un séminaire sur le populisme en Europe, en coopération avec la représentation de la Commission européenne en Suède. Devant une salle comble, des experts français, allemands et suédois ont débattu du phénomène populiste dans l’UE sous ses différentes formes, les défis qu’il représente et les réponses pouvant y être apportées.

L’objectif du séminaire était d’alimenter la réflexion à une période marquée par des remises en cause inédites du socle démocratique et des valeurs fondamentales de l’UE. Le séminaire a été animé par Göran Von Sydow, chercheur à l’Institut d’étude suédois des politiques européennes (SIEPS).
Après un mot de bienvenue de Katarina Areskoug, cheffe de la représentation de la Commission européenne, David Cvach et Hans Jürgen Heimsoeth, ambassadeurs de France et d’Allemagne en Suède, ont introduit le séminaire conjointement.

La première table ronde a vu débattre deux spécialistes du populisme reconnus, le français Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert-Schuman, et le Professeur allemand Wolfgang Merkel, directeur du Centre des Sciences sociales de Berlin. Ils ont confronté leurs perspectives sur l’impact du populisme sur le paysage politique européen. M. Merkel a mis l’accent sur l’apparition d’un nouveau clivage, opposant les partisans aux détracteurs de l’ouverture à l’UE et la mondialisation, structurant de plus en plus les rapports de force politiques. M. Giuliani a, de son côté, estimé que les craintes générées par le sentiment de « perte de contrôle » des autorités publiques des Etats-membres de l’UE constituaient un facteur clé, instrumentalisé par les formations populistes. Le président de la Fondation Robert-Schuman a plaidé pour le lancement de nouvelles initiatives conjointes de la France et l’Allemagne sur plusieurs enjeux clés (sécurité, migrations, croissance, développement).

Au cours de la seconde table ronde, trois journalistes ont discuté des enjeux spécifiques liés aux médias et aux réseaux sociaux, notamment la désinformation et le « fact-checking » :
-  Patrick Gensing, directeur de l’ “ARD Faktenfinder” à Hambourg ;
-  Mathilde Damgé, Les décodeurs, la plateforme de fact-checking du Monde ;
-  Karin Pettersson, ancienne éditorialiste politique du quotidien suédois Aftonbladet.

Les journalistes ont présenté les stratégies et outils développés par leurs médias respectifs en matière de « fact-checking » et de lutte contre la désinformation, notamment sur les plateformes de réseaux-sociaux. Leurs échanges ont aussi porté sur le volet éducatif, et plus singulièrement le rôle préventif que pouvaient jouer les journalistes pour sensibiliser le public à l’importance de vérifier l’origine des informations, de diversifier les sources et de faire preuve de sens critique.

Modifié le 06/11/2018

Haut de page