Suède : Campagne Législatives 2010

• Libéraux

Reportage consacré, dans Svenska Dagbladet, au dirigeant des Libéraux, Jan Björklund, le « plus idéologue des membres de l’Alliance, dont la liberté de ton a plus d’une fois suscité l’irritation de ses partenaires ». Il revient sur ses thèmes de prédilection : l’éducation (« Un sujet fondamental pour l’avenir du pays, à l’heure où la Chine rachète Volvo, et où certaines de nos grandes entreprises délocalisent »), le nucléaire (« Nous avons besoin de trois nouveaux réacteurs. Compte tenu des délais de construction, la décision devrait pouvoir être prise avant 2014 »), la défense (« Nous ne vivons pas dans un mode idéal. Un renforcement de nos capacités est nécessaire »), l’engagement européen (« Nous jugeons indispensable la tenue d’un referendum sur l’euro au cours de la prochaine législature »), et l’OTAN (« Je reste, à titre personnel, favorable à l’intégration de la Suède dans l’OTAN, même si cette question ne figure pas dans le programme de l’Alliance ».

• Sociaux démocrates

« Mona Sahlin sera ce soir l’invitée du journal de 20h sur la télévision publique suédoise. Un grand oral qui, s’il est réussi, peut rapporter gros. Mais dont les conséquences pourraient être lourdes en cas de prestation médiocre, tant ce genre d’interview télévisée s’avère parfois décisive pour décider les électeurs hésitants », estime Aftonbladet. « Mona Sahlin doit se montrer offensive et disséquer le programme de l’Alliance. Elle devra notamment montrer qu’il constitue une menace pour la survie de notre Etat providence », écrit un éditorialiste dans le même quotidien. « Je m’attacherai à montrer qu’il existe une grande différence entre la droite et la gauche », a déclaré Mme Sahlin.

« Il faut bien avouer que l’ancien Premier ministre social-démocrate n’a pas facilité la tâche de l’actuelle dirigeante du parti. « Il faut se ressaisir et travailler plus dur », a ainsi déclaré hier Göran Persson dans une interview à TV4. « Nous avons eu trop tendance à croise que les jeux étaient faits et que nous avions partie gagnée. Eh bien ce n’était pas le cas », a-t-il ajouté. « Du coup, beaucoup de nos électeurs disent préférer s’abstenir. Il faut absolument les convaincre d’aller voter ».

• Sverige Demokraterna

Interview du leader des Sverige Demokraterna (extrême droite suédoise), Jimmy Åkesson (entre 3,5 et 6,1 % des voix selon les sondages). « Rendez nous la Suède, c’est votre message principal. Qui donc a bien pu la voler, puisqu’il faute nous la rendre ? », interroge la journaliste. « Ils sont plusieurs. A commencer par les apôtres de la diversité culturelle et tout l’établissement », répond M. Åkesson. Sur l’emploi : « La question ne figure pas parmi vos priorités. Pourquoi ? ». « Nous avons analysé la situation et avons compris que nous n’aurions aucun intérêt à traiter ce sujet, puisque tous les autres partis en parlent déjà. Si nous voulons sortir du lot, nous devons aborder d’autres thèmes », estime M. Åkesson, qui affirme par ailleurs vouloir « se tourner contre les immigrés qui occupent un emploi en Suède pour les remplacer par des Suédois ». Une Suède dont il entend par ailleurs défendre les « valeurs culturelles »

La presse rend compte par ailleurs du contenu d’un « rapport » rendu public hier par Jimmy Åkesson : « Nous nous trouvons confrontés à une hausse dramatique du nombre de viols commis, dont une part importante (48 %) aurait pour auteur des personnes nées à l’étranger », rapporte Svenska Dagbladet, citant les propos de M. Åkesson. « Les auteurs de viols sont en majorité issus de pays qui ont de la femme une image particulièrement horrible. Ce n’est sûrement pas un hasard », ajoute le leader des SD. La solution : « Limiter strictement l’immigration en provenance de pays culturellement différents », conclut M. Åkesson. « Ce rapport est sans fondement », estime un expert cité par Expressen. « D’une part parce qu’il n’analyse que 144 cas sur les 235 rapportés aux forces de l’ordre. D’autre part car on peu douter de l’efficacité des solutions proposées : arrêter l’immigration parce que 55 viols ont pour auteur des personnes d’origine étrangère, c’est aussi intelligent que de proposer la suppression de tous les fœtus mâles sous prétexte que les violeurs sont essentiellement des hommes ».

• Environnement

Le Ministre de l’environnement, M. Andreas Carlgren (Parti du Centre), souhaite introduire à partir de 2012 une « prime verte » d’environ 4 200 équivalents euros pour l’achat d’une voiture électrique à faible émission de CO2 (moins de 50 grammes). Le gouvernement estime qu’environ 5 000 voitures de ce type seront vendues en Suède au cours des quatre prochaines années. Cette « prime verte » devrait donc coûter quelques 22 millions équivalents euros aux contribuables suédois. « Nous souhaitons stimuler les ventes de voitures moins polluantes » commente M. Carlgren. Dagens Nyheter remarque toutefois que les voitures « propres » coûtent toujours plus chères que les voitures « normales » (environ 15 900 équivalents euros supplémentaires). La prime annoncée par le gouvernement ne couvrira pas cette différence de prix.

Le Parti écologiste a lui aussi présenté sa politique en faveur des « voitures vertes » : il souhaite introduire un système de bonus pour les voitures peu polluantes, et faire payer ces bonus par les utilisateurs de voitures qui rejettent beaucoup de CO2. L’Opposition a également affirmé sa volonté d’augmenter le prix de l’essence.

Modifié le 26/08/2010

Haut de page