Suède : Campagne électorale législatives 2010

• Le nouveau sondage publié aujourd’hui dans Dagens Nyheter montre que « l’écart se réduit entre les deux formations : 46,6 % d’intentions de vote pour la coalition rouge-verte, contre 47,8 en faveur de l’Alliance de droite ». « La différence est si mince qu’il suffirait que 68 000 électeurs basculent dans un camp ou dans l’autre pour modifier l’issue du scrutin ». « Au sein de la majorité, on note un recul des modérés (-3,8, à 29,3 %) et une remontée des petits partis : libéraux, centristes et chrétiens démocrates, tous au dessus de 5 %. Même constat à gauche : les Verts repassent ainsi la barre des 10 %. Seule La Gauche (ex-communistes) flirte encore avec les 4 %. « Les petits partis ont, en fin de campagne, davantage l’occasion de préciser leurs spécificités et leurs préoccupations propres. Les électeurs peuvent ainsi plus facilement choisir « leur » parti, celui qui correspond le mieux à leurs attentes. Certains peuvent aussi la jouer tactique, comprenant que la victoire de leur camp est impossible si l’un de ces petits partis ne franchit pas les 4 % (Ndr : et n’obtient donc aucun élu) ».

• Les Verts et La Gauche ont fini par entériner la proposition des sociaux-démocrates : la coalition rouge-verte s’efforcera, si elle gagne les élections, de réduire l’écart d’imposition constaté entre les salariés et les retraités, indiquent Svenska Dagbladet et Dagens Nyheter. « A une conditions toutefois », estime Lars Ohly, le dirigeant de La Gauche, dans Svenska Dagbladet. « Que cela n’entraîne pas un relâchement des efforts que nous devrons consacrer à l’éducation ou à la santé ». « Par ailleurs, nous avons accepté une mise à niveau du montant d’impôt sur le revenu payés par les salariés d’une part et par les retraités d’autre part. Cette mise à niveau devra se faire principalement par une baisse de l’impôt frappant les pensions. J’insiste sur le mot "principalement". Il n’est donc pas exclu que cette mise à niveau puisse également entraîner une hausse de l’impôt payé par les salariés ».

• « C’est demain que le gouvernement tiendra sa réunion annuelle dans la résidence d’été du premier Ministre, à Harpsund », indique Expressen. « Au programme : préparation du budget 2011 ». « Un système bien peu démocratique », estime le commentateur : « l’Alliance rouge-verte devrait ainsi, en cas de victoire, faire avec un budget hérité composé par la droite. Le nouveau gouvernement ne disposerait en effet que de quelques semaines après sa désignation pour modifier le document que le Parlement examinera à partir du 12 octobre. Trop peu de temps, en effet, pour remanier en profondeur la répartition des crédits. Ce système, « incompréhensible et irrespectueux des électeurs », a déjà porté préjudice à F. Reinfeldt lors de son arrivée au pouvoir en 2006.

« Le contenu du Manifeste électoral de l’Alliance sera, pour l’essentiel, décidé au cours de ce séminaire », explique Svenska Dagbladet. Les quatre partis de la majorité sont d’accord sur la nécessité de réduire les impôts des retraités, mais pourraient s’opposer en ce qui concerne le rythme des autres réformes à entreprendre : « les Modérés sont opposés à l’annonce de réformes trop spectaculaires, tandis que leurs partenaires ont tout à gagner à « avancer vite ». « Chacun de petits partis voudra voir ses principales revendications prises en compte : plus d’argent pour la santé en ce qui concerne les Chrétiens-démocrates, un effort en faveur des petites entreprises (souhait des Centristes), davantage de moyens pour l’éducation et abrogation de l’impôt supplémentaire sur les hauts-revenus réclamés par le parti Libéral », estime Expressen.

• Interview dans le Göteborgs-Posten du leader local des Sverige Demokraterna (l’extrême droite suédoise). « Nous défendons les valeurs suédoises. Cela signifie que l’on est suédois et que l’on appartient à une communauté dont les membres partagent certaines caractéristiques : le Suédois est travailleur, il aime aider et apprécie l’ordre ». « Dans une société multiculturelle, on apprend à nos enfants que tout se vaut. Une affirmation qui crée un sentiment d’insécurité ». Il explique par ailleurs son intention de créer au sein du Conseil municipal une commission destinée à faciliter « le retour, sur une base volontaire, des immigrés », et une autre pour « améliorer l’intégration de tous ». « Mais ça, c’est plus difficile. Nous pensons qu’il est nécessaire de fixer un nouvel objectif à ceux qui vivent en Suède, que l’on doit vouloir habiter dans une Suède suédoise, qu’il faut s’adapter. Et je sais que beaucoup d’immigrés partagent ce sentiment ».

Modifié le 20/08/2010

Haut de page