Suède : Elections législatives

Cet article fait suite à toutes les revues de presse publiées sur ce sujet depuis le 19 août 2010.

Résultats

« Pluie de réclamations en perspectives », estime Aftonbladet, qui indique « la commission parlementaire chargée d’examiner les contestations a d’ores et déjà reçu de nombreuses demandes émanant d’individus. « Fredrik Reinfeldt obtiendra-t-il une majorité absolue ? La réponse dépend des 6 membres (3 sociaux démocrates, 1 modéré, 1 centriste) de la Commission électorale. Eux-seuls ont la possibilité d’imposer l’organisation d’un nouveau vote dans certaines circonscriptions ».

Gouvernement

Quel sera le visage du nouveau gouvernement ? Une question que se sont posés, ce week-end, la plupart des quotidiens. « Les négociations avec les Verts ont débuté dans la plus grande discrétion », croit savoir Expressen. « Le gouvernement a ainsi annoncé sont intention de revoir, pour les assouplir, les conditions nécessaires à l’obtention d’une indemnisation par la Caisse d’assurance maladie. Un des préalables mis par les Verts pour accepter, éventuellement, une coopération avec la droite ». « Mais la présence de Ministre écolos au sein du gouvernement est-elle envisageable pour autant ? », s’interroge Svenska Dagbladet. « Si le parti du Centre y est favorable, les Chrétiens démocrates et les Libéraux y sont opposés. « Si nous faisons entrer dans notre coalition un parti qui lui est étranger, c’est l’esprit même de l’Alliance qui risque, au bout du compte, d’être altéré. Avec le risque que l’on soit obligé de revenir sur des questions déjà résolues au lieu de se consacrer à l’avenir », estime Göran Hägglund, le leader des Chrétiens Démocrates. « La présence des Verts pourrait par ailleurs affaiblir la cohésion de l’équipe gouvernementale », estime le commentateur.

Activité parlementaire

Dagens Nyheter consacre un article à la composition future des 15 commissions parlementaires. « Il semble désormais acquis que des élus Sverige Demokraterna y siégeront, sans toutefois parvenir à obtenir de présidence ». « Une configuration nouvelle qui risque de faire de ces instances des coquilles vides : chacun des deux blocs y aura à cœur de faire la preuve, tout à la fois, de son unité et de son intransigeance vis-à-vis des Sverige Demokraterna. Difficile, dans ces conditions, de parvenir à un quelconque compromis. Il y a fort à parier que le travail de conciliation aura désormais lieu directement entre les responsables des partis et le gouvernement, court-circuitant ainsi les commissions ».

Parti Social-démocrate

Un congrès exceptionnel sera bientôt organisé pour discuter de l’avenir du parti et de sa dirigeante Mona Sahlin. Il s’agit d’« étudier de façon critique le contenu de notre politique, et de déterminer quelle direction a le plus de chances de gagner les élections de 2014  », a déclaré une représentante du parti. Les congrès du PSD on normalement lieu tous les quatre ans, et le prochain était prévu pour 2013. Selon Dagens Nyheter, ce sont les pressions de plusieurs leaders influents souhaitant le départ de M. Sahlin qui ont abouti à ce congrès exceptionnel, qui aura sans doute lieu au printemps 2012, selon Aftonbladet.

Sverige Demokraterna

Svenska Dagbladet rapporte l’inquiétude de certains groupes minoritaires (musulmans, adoptés, personnes HBT…) après l’entrée au Parlement de l’extrême droite : « les gens ont peur d’une politique de promotion d’une société plus homogène » confirme une politologue de l’Université de Göteborg. Plusieurs groupes se sont formés récemment, notamment sur Facebook, pour protester contre la xénophobie.

Selon Aftonbladet, les Sverigedemokraterna n’ont pas assez de candidats pour occuper tous les sièges qu’ils ont obtenus dans certaines communes. Sans compter que trois sièges supplémentaires risquent de se retrouver vacants suite au scandale suscité par Aftonbladet dans une commune où les reporters du journal ont abordé six élus locaux d’extrême droite en se faisant passer pour des consultants. Trois élus sur six ont accepté les 100 000 couronnes proposées par les faux-consultants pour soutenir l’établissement d’une nouvelle entreprise dans la commune.

« L’entrée de l’extrême droite au Parlement est-elle vraiment une surprise ? », s’interroge l’éditorialiste vedette. « Le plus étonnant est qu’il n’y soit pas parvenu avant », estime le commentateur. « Nous avons certes l’image d’une Suède tolérante et ouverte. Mais que cela ne nous fasse pas oublier notre « côté obscur » : le racisme n’est pas une idée neuve chez nous. Ne sont-ce pas des Suédois qui ont tenté de faire de la notion de race une vérité scientifique ? C’est ainsi en 1922 que fut fondé, en véritable « première mondiale », à Stockholm, un institut sur la race biologique ». Aujourd’hui, tous ceux qui se déclarent profondément choqués par l’entrée de l’extrême-droite au Parlement oublient que le véritable vainqueur de l’élection s’appelle Fredrik Reinfeldt. « L’excuse du choc peut éventuellement dispenser ceux pour qui ce scrutin fut une véritable catastrophe de faire leur auto critique. En politique, choc et amertume sont mauvais conseillers ».

Modifié le 27/09/2010

Haut de page