Union européenne

Dagens Nyheter évoque aujourd’hui une analyse de Charles Kupman, parue dans le Washington Post, selon laquelle le regain des nationalismes en Europe pourrait conduire à la débâcle de l’Union Européenne. Seul 49% des personnes interrogées estiment que l’adhésion de leur pays à l’UE a eu des retombées positives, révèle l’Eurobaromètre de cet été, soit 4% de moins qu’il a un an. En Allemagne, par exemple, le soutien à l’Union Européenne est passé de 60% en août dernier à 50% aujourd’hui, ce qui est « alarmant », estime Dagens Nyheter. En Grèce, ce chiffre a chuté de 61% l’année dernière à 44% cette année. « C’est leur façon de remercier l’UE d’avoir sauvé la Grèce de la banqueroute ! », commente le journaliste.

L’éditorialiste refuse cependant le pessimisme de M. Kupman, et remarque que la construction européenne progresse dans certains domaines : renforcement de la coopération au sein de la zone Euro, collaborations pour lutter contre la criminalité, préparation d’une politique commune de l’immigration.

Modifié le 01/09/2010

Haut de page